Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Le Bonheur est dans le Chant - Villard sur Doron

Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol

Nouveau grand moment d'émotion ce soir ; c'est la dernière répétition de l'année ; et la dernière répétition, sous cette forme, avec Pierre-Line.

Pour mettre un peu de piment, celle-ci a proposé d'animer une répétition ouverte au public ; ce qui nous a permis d'accueillir une demi-douzaine d'anciennes bonheuriennes et quelques fidèles éphémériennes.

Cerise sur le gâteau (drôle de mélange avec le piment ...), nous sommes dans l'église de Thénésol, sur les terres de Catherine, chez qui se prolongera la soirée autour d'un repas partagé, dans la grande tradition du Bonheur.

Ce témoignage de Valérie traduit bien l'ambiance de la soirée.

Bonjour à tous !
Tout d'abord, un grand merci pour avoir pensé à nous et de nous avoir convié à ces deux beaux rdv.
Votre prestation hier soir à Thénésol a été MAGNIFIQUE ! J'ai pu l'exprimer à certains d'entre vous, mais je tiens à le répéter à tous: votre répertoire était extra et j'ai été émue toute la soirée par la beauté de vos voix ainsi mêlées. Quel travail ! Bravo car vraiment vous m'avez beaucoup touchée et je le dis en toute simplicité et sincérité.
Evidemment cela m'a fait très plaisir de retrouver également certains chants connus. ;)
C'était par ailleurs très sympa pour nous public, d'avoir toutes les petites explications/anecdotes concernant les compositions ou autres, alors merci Pierre-Line !
Encore merci pour ce bon et beau moment !
Et il va sans dire que cela m'a fait également très plaisir de vous revoir !
Au plaisir d'une prochaine occasion,
Belle poursuite à chacun et chacune !
Amicalement,
Valérie
PS : Mado tes gougères sont un régal ! :)

Qu'on se rassure dans les chaumières du Beaufortain, Pierre-Line reviendra l'an prochain à Villard ; elle animera 2 samedis de stage, eux-aussi ouverts aux amis. Et nous espérons bien t'y retrouver, Valérie ! et pas que pour les gougères de Mado ...

Un autre témoignage, portant cette fois-ci sur ces trois années passées avec Pierre-Line. Il est signé Bernard.

Des répétitions qui décoiffent

Si toutes les répétitions étaient publiques comme celle d'aujourd'hui, notre public n'en reviendrait pas, de voir à quel degré d'entraînement nous soumettent nos 2 cheffes Pierre-Line et Catherine.

Que ne vont-elles pas imaginer pour nous faire travailler notre voix et notre corps ?

En voici quelques exemples: notre voix doit venir de derrière la tête et passer par dessus, ou passer par un entonnoir enfoncé dans notre bouche, sans compter un tas de bruits plus ou moins sauvages, de fermeture éclairs,  nasalisations, gargarismes, chanter sans les consonnes ( ce qui donne  an é en é on o n).  

Nous sommes devenus experts en langues africaines et balkaniques, tout cela en gainant notre périnée des minutes entières.

Appelée par Catherine, une certaine lyonnaise nous a fait pédaler tout en téléphonant ( pédalez-vous vite... téléphonez-moi...) ou nous transformer en aigle plongeant dans la rivière et s'éclaboussant avec ses ailes.

Oui, il nous est arrivé de devoir chanter à  quatre pattes et aussi de devoir pousser des beuglements dans le village. Le prochain stade devrait être de faire le tour du village avec des cloches pendues au cou ?

Parfois les sopranes doivent bêler comme des biquettes, encadrées par les basses  transformés en patous.

Mais c'est pas tout (bravo Bernard NDLR)! Parfois, il nous faut hennir comme les chevaux ! Après ça, comment oublier que nous faisons partie du monde animal ?

Les dames doivent projeter les tétons en avant. Les hommes sont heureux d'être  derrière elles, car si nous étions devant, nous prendrions des grands coups de mamelles, ce qui, entre nous, ne serait pas forcément désagréable.

Nous sommes souvent à l'étroit dans le chœur des églises, la solution a été trouvée : nous chantons en « tas » comme du linge sale dans la buanderie. Si Jean Sébastien Bach nous voyait ! Remarquez qu'il pourrait se consoler d'entendre son collègue Beethoven chanté en Rap.

Malgré cet entraînement quasi-militaire, nous en redemandons.  Nous ne sommes pas maso, peut-être mezzo pour certaines. Nous sommes plutôt dociles à l'exception du pupitre des basses, qui, je dois le dire, reste particulièrement rétif. A ce propos, je propose qu'on les appelle « les Indomptables ».

En conclusion, pour tous ces moments de folie et tout le reste, une fois encore, on vous remercie et on vous aime.

Et merci à toi Bernard pour ce témoignage sur les répétitions "non ouvertes au public". Peut-être éveillera-t-il des vocations ?

Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol
Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol
Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol
Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol
Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol
Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol
Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol
Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol
Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol
Mardi 4 juin 2019 - (ultime) répète ouverte à Thénésol

Commenter cet article